mintzola.eus

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Europa bat-batean est lancé

Les conférences inaugurales proposées dans le cadre de l’Université d’été de EHU/UPV ont permis à l’assemblée de découvrir des formes de chant improvisé du monde entier ; le premier spectacle aura lieu cet après-midi, à l’aquarium, du fait d’une météo peu clémente.

Les Rencontres Internationales du Chant Improvisé se tiendront durant une semaine, à compter d’aujourd’hui. De lundi à vendredi, en matinée, se dérouleront les sessions académiques au Palais Miramar tandis que les après-midis auront lieu des joutes, dans divers endroits de Saint Sébastien. Cet événement est organisé par Donostia 2016 et la fondation Mintzola ; et les matinées en association avec l’Université d’été de EHU/UPV.

Les conférences inaugurales ont déjà eu lieu dans la salle Caro Baroja du Palais Miramar,  Karlos Aizpurua a souhaité la bienvenue à tous les participants au nom de la fondation Mintzola, puis Egoitz Zelaia a présenté le premier intervenant de la journée. Josep Vicent Frechina a évoqué la diversité du chant improvisé catalan: depuis l’albaes de Valence jusqu’aux cançons de ximbomba de Mallorque, il a passé en revue toutes les variantes existantes. Par la suite, Thomas Nussbaumer a décrit le gstanzl, ses origines, et les événements qui le mettent en scène, comme par exemple le Red Bull Bull Gstanzl Battle.

Après de la pause, Jose Sanchez Conesa a présenté le trovo de Cartagena, en redonnant vie à des strophes de trovero. Il a également parlé de la fête nommée Trovalia; celle-ci rassemble à Cartagene des improvisateurs hispanophones venus du monde entier. Les représentants chypriotes sont ensuite montés sur scène; il s’agissait de membres de l’association folklorique Ktima, vêtus de costumes traditionnels. L’improvisateur Marios Poullas qui se trouvait parmi eux a pris la parole. Il a décrit le tsiattista, inscrits au patrimoine culturel immatériel par l’Unesco, et ses variantes appelées voix . La délégation chipriote en a fait la démonstration en direct. Le français Thierry Rougier a emmené le public au Nord-Est du Brésil, en évoquant l’art du repente et des coquistes et a décrit la structure de cet art créatif, s’appuyant sur des enregistrements audios et des photographies réalisés sur place.

Enfin, Beñat Krolem a présenté l’exposition Oholtza, bertsolarisme et image. Celle-ci a été réalisée grâce à une bourse émanant de l’appel à projet lancé par Mintzola Ahozko Lantegia et Mikel Laboa Katedra ainsi que par l’intermédiaire de Lanku. Cette exposition, liant bertso et formes scéniques sera visible toute la semaine.

Demain, les intervenants évoqueront le thème de la transmission.

Le spectacle de l’après-midi est déplacé à l’aquarium.

La météo n’étant pas clémente, le spectacle initalement prévu sur le port se déroulera à l’aquarium. Les délégations cubaine, chypriote et galloise s’y produiront, accompagnées des bertsolari Amets Arzallus et Andoni Egaña. La joute commencera à 19h, les entrées seront en vente sur place, au prix de 10 euros.